Informations

Msoura



Missouri

Origine du nom : Nommé d'après la tribu indienne du Missouri. ??Missouri? signifie ??ville des grands canoës.?

10 plus grandes villes (2012) : Kansas City, 464 310 Saint-Louis, 318 172 Springfield, 162 191 Indépendance, 117 270 Columbia, 113 225 Lee's Summit, 92 468 O'Fallon, 81 979 Saint-Joseph, 77 176 Saint-Charles, 66 463 Saint-Pierre, 54 078

Centre géographique : Dans Miller Co., 20 mi. SO de Jefferson City

Nombre de comtés : 114, plus 1 ville indépendante

Plus grand comté par population et superficie : Saint-Louis, 991 830 (2008) Texas, 1 179 milles carrés.

Aires de conservation 1 : loué, 315 (197 661 ac.) possédé, 775 (770 574 ac.)

Parcs d'État et sites historiques : 81

Population résidente au recensement de 2010 (rang) : 5,988,927 (18). Homme: 2,933,477 Femelle: 3,055,450. Blanche: 4,958,770 (86.54%) Le noir: 693,391(12.04%) Indien américain: 27,376 (1.03%) Asiatique: 98,083 (1.61%) Autre course : 80,457 Deux courses ou plus : 124,589 Hispanique/Latino : 212,470. 2010 population 18 ans et plus : 4,563,491 65 ans et plus : 838,294 âge moyen: 37.6.

Hernando de Soto a visité la région du Missouri en 1541. La revendication de la France sur toute la région était basée sur les voyages du Sieur de la Salle en 1682. Les commerçants de fourrures français ont établi Ste. Geneviève en 1735, et Saint-Louis a été colonisée pour la première fois en 1764.

Les États-Unis ont gagné le Missouri de la France dans le cadre de l'achat de la Louisiane en 1803, et le territoire a été admis en tant qu'État à la suite du compromis du Missouri de 1820. Tout au long de la période précédant la guerre civile et pendant la guerre, les Missouriens étaient fortement divisés dans leurs opinions. sur l'esclavage et dans leurs allégeances, fournissant des troupes à la fois aux forces de l'Union et confédérées. Cependant, l'État lui-même est resté dans l'Union.

Historiquement, le Missouri a joué un rôle de premier plan en tant que porte d'entrée vers l'Ouest, St. Joseph étant le point de départ oriental du Pony Express, tandis que les sentiers très fréquentés de Santa Fe et de l'Oregon ont commencé à l'indépendance.

L'économie du Missouri est très diversifiée. Les industries de services fournissent plus de revenus et d'emplois que tout autre segment, et comprennent un secteur du tourisme et des voyages en pleine croissance. Le commerce de gros et de détail, la fabrication et l'agriculture jouent également un rôle important dans l'économie de l'État.

Le Missouri est l'un des principaux producteurs d'équipements de transport (y compris la fabrication d'automobiles et de pièces automobiles), de bière et de boissons, ainsi que de technologies de la défense et de l'aérospatiale. La transformation des aliments est l'industrie à la croissance la plus rapide de l'État.

Les mines du Missouri produisent 90 % du principal approvisionnement en plomb (non recyclé) du pays. Les autres ressources naturelles comprennent le minerai de fer, le zinc, la barytine, le calcaire et le bois.

Les principaux produits agricoles de l'État sont les céréales, le sorgho, le foin, le maïs, le soja et le riz. Le Missouri se classe également parmi les États pour les bovins et les veaux, les porcs, les dindes et les poulets de chair. Une industrie viticole dynamique contribue également à l'économie.

Le tourisme attire des centaines de milliers de visiteurs dans un certain nombre de points d'intérêt du Missouri : les spectacles de musique country du siège national de Branson Bass Pro Shops (Springfield) le Gateway Arch à l'expansion nationale de Jefferson (St. Louis) la maison d'enfance de Mark Twain (Hannibal ) la maison et la bibliothèque Harry S. Truman (Indépendance) la beauté pittoresque des Ozark National Scenic Riverways et les musées Pony Express et Jesse James (St. Joseph). Les différentes régions lacustres de l'État attirent également les pêcheurs et les amateurs de soleil de tout le Midwest.


Cuba, Missouri

Le président Harry S. Truman s'est rendu à Cuba lors d'une visite de la route 66 des États-Unis. Il a arpenté la propriété qui allait devenir le lac Indian Hills. Indian Hills Lake était à l'origine connu sous le nom de "Indian Head Lake" parce que le crâne d'un Amérindien a été trouvé lors de fouilles.

Bette Davis et Amelia Earhart ont également visité la ville. Leurs visites sont commémorées dans le projet Viva Cuba Mural. [9]

Cuba a été désignée ville murale de la Route 66 par la législature du Missouri en reconnaissance du projet de murale extérieure de Viva Cuba. [10] Le groupe d'embellissement a consulté Michelle Loughery, une muraliste canadienne qui a aidé à créer la vision et deux des peintures murales. Le groupe a commandé douze murales extérieures le long du corridor de la Route 66. [10] L'Interstate 44 traverse maintenant Cuba.

Cuba a également été le site du premier programme Adopt a Highway au Missouri. [dix]

Cuba est située sur la Missouri Route 19, à environ 11 km au nord-est de Steelville. I-44 passe du côté nord de la ville. [15]

Selon le Bureau du recensement des États-Unis, la ville a une superficie totale de 3,20 milles carrés (8,29 km 2 ), entièrement terrestres. [16]

Population historique
Recensement Pop.
1880374
1890497 32.9%
1900552 11.1%
1910619 12.1%
1920704 13.7%
1930814 15.6%
19401,033 26.9%
19501,301 25.9%
19601,672 28.5%
19702,070 23.8%
19802,120 2.4%
19902,537 19.7%
20003,230 27.3%
20103,356 3.9%
2019 (est.)3,292 [4] −1.9%
Recensement décennal américain [17]

Recensement de 2010 Modifier

Au recensement [3] de 2010, il y avait 3 356 personnes, 1 385 ménages et 816 familles vivant dans la ville. La densité de population était de 1 048,8 habitants par mile carré (404,9/km 2 ). Il y avait 1 542 logements à une densité moyenne de 481,9 par mile carré (186,1/km 2 ). La composition raciale de la ville était de 95,95 % de blancs, 0,27 % de noirs ou d'afro-américains, 0,66 % d'amérindiens, 0,18 % d'asiatiques, 1,49 % d'autres races et 1,46 % de deux races ou plus. Hispanique ou Latino de n'importe quelle race représentaient 3,40% de la population.

Il y avait 1 385 ménages, dont 31,9% avaient des enfants de moins de 18 ans vivant avec eux, 39,1% étaient des couples mariés vivant ensemble, 15,3% avaient une femme sans mari présent, 4,5% avaient un homme sans femme présente, et 41,1 % n'étaient pas des familles. 35,0 % de tous les ménages étaient composés d'individus et 13,8 % avaient une personne vivant seule âgée de 65 ans ou plus. La taille moyenne des ménages était de 2,37 et la taille moyenne des familles était de 3,03.

L'âge médian dans la ville était de 35,5 ans. 26,1 % des résidents avaient moins de 18 ans, 9,7 % avaient entre 18 et 24 ans 24,2 % étaient âgés de 25 à 44 ans 23,3 % étaient âgés de 45 à 64 ans et 16,6 % avaient 65 ans ou plus. La composition par sexe de la ville était de 46,7% d'hommes et de 53,3% de femmes.

Recensement de 2000 Modifier

Au recensement [5] de 2000, il y avait 3 230 personnes, 1 295 ménages et 831 familles vivant dans la ville. La densité de population était de 1 095,4 personnes par mile carré (422,7/km 2 ). Il y avait 1 414 unités de logement à une densité moyenne de 479,5 par mile carré (185,1/km 2 ). La composition raciale de la ville était de 97,68 % de blancs, 0,50 % d'afro-américains, 0,34 % d'amérindiens, 0,31 % d'asiatiques, 0,28 % d'autres races et 0,90 % de deux races ou plus. Les hispaniques ou les latinos de toute race représentaient 1,21% de la population.

Il y avait 1 295 ménages, dont 34,4% avaient des enfants de moins de 18 ans vivant avec eux, 47,7% étaient des couples mariés vivant ensemble, 13,2% avaient une femme au foyer sans mari présent et 35,8% étaient des non-familles. 31,9 % de tous les ménages étaient composés d'individus et 16,6 % avaient une personne vivant seule âgée de 65 ans ou plus. La taille moyenne des ménages était de 2,40 et la taille moyenne des familles était de 3,02.

Dans la ville, la population était dispersée, avec 27,2 % de moins de 18 ans, 8,8 % de 18 à 24 ans, 26,5 % de 25 à 44 ans, 18,1 % de 45 à 64 ans et 19,4 % qui avaient 65 ans ou plus âgée. L'âge médian était de 37 ans. Pour 100 femmes, il y avait 88,1 hommes. Pour 100 femmes de 18 ans et plus, il y avait 79,4 hommes.

Le revenu médian d'un ménage dans la ville était de 24 127 $ et le revenu médian d'une famille était de 30 069 $. Les hommes avaient un revenu médian de 24 348 $ contre 17 958 $ pour les femmes. Le revenu par habitant de la ville était de 12 665 $. Environ 16,3 % des familles et 20,1 % de la population vivaient en dessous du seuil de pauvreté, dont 28,7 % des moins de 18 ans et 13,1 % des 65 ans ou plus.

Le Wagon Wheel Motel est un monument historique et est présent sur la Route 66 depuis les années 1930. [18] Les cottages d'invités et l'ancien bâtiment du Wagon Wheel Cafe ont subi des rénovations à partir de 2009.

Cuba abrite le musée d'histoire du comté de Crawford. [19] Le mémorial des anciens combattants, avec près de 1000 noms d'anciens combattants, se trouve devant le musée sur Smith Street.

Quatre miles à l'ouest de Cuba sur la Route 66 est le plus grand fauteuil à bascule du monde (ancien). [20] La chaise mesure 42 pieds de haut et attire de nombreux voyageurs de la Route 66 pour prendre des photos. Il est situé à côté de l'avant-poste Fanning 66 rouvert (sous une nouvelle direction).

Le district scolaire Crawford County R-II en 2000 comptait 1 426 élèves. Le lycée comptait 451 élèves, le collège 454 et l'école primaire 521. La rénovation des installations du primaire et du collège et la construction d'un nouveau lycée, qui ont coûté plus de 4 millions de dollars, ont été récemment achevées. Le district scolaire a reçu l'accréditation complète de la North Central Association of Secondary Schools and Colleges.

L'école catholique Holy Cross enseigne les classes PK à 8. En 2000, elle comptait 54 élèves.

Cuba possède une bibliothèque publique, une succursale du district des bibliothèques du comté de Crawford. [21]


L'accès aux collections est au cœur de la mission de la Société. Si vous avez exploré les ressources ci-dessus et que vous avez toujours besoin d'aide pour votre parcours de recherche, veuillez faire une sélection dans le menu ci-dessous.

Je prévois de faire des recherches dans l'un des centres de recherche SHSMO

Avant d'arriver dans l'un des six centres de recherche de la Société, les visiteurs doivent soumettre une demande de recherche pour vérifier que le matériel de la collection qu'ils souhaitent consulter est disponible, car les documents peuvent être restreints, stockés ou situés dans un autre centre de recherche.

Les collections stockées dans un centre de recherche peuvent être consultées dans n'importe quel autre centre de recherche. Veuillez noter que les transferts entre centres de recherche peuvent prendre entre une et trois semaines. Veuillez communiquer directement avec les Centres de recherche de Cape Girardeau et de Springfield pour obtenir des informations concernant la prochaine livraison bimensuelle de matériel de collecte disponible.

Les documents des collections de manuscrits, de photographies, d'audiovisuels et de cartes peuvent ne pas être disponibles le samedi, à moins que des dispositions préalables n'aient été prises pour les mettre en réserve. Cela est dû au personnel limité et à l'accès aux zones restreintes le week-end. Les horaires du samedi s'appliquent uniquement au centre de recherche de Columbia.

J'ai besoin d'aide pour faire des recherches à distance

La State Historical Society of Missouri dispose de plusieurs moyens pour que les clients puissent effectuer des recherches sans visiter un centre de recherche en personne. Cliquez sur les liens ci-dessous pour plus d'informations.


Dernières nouvelles et annonces

Les candidatures doivent être déposées avant le 30 juin 2021, et les gagnants seront annoncés lors de l'assemblée annuelle de 2021 en novembre.


Contenu

Les Iowa La classe de cuirassés rapides a été conçue à la fin des années 1930 en réponse aux attentes de l'US Navy pour une future guerre avec l'Empire du Japon. Les officiers américains préféraient des cuirassés relativement lents mais lourdement armés et blindés, mais les planificateurs de la Marine ont déterminé qu'une telle flotte aurait des difficultés à amener la flotte japonaise plus rapide au combat, en particulier le Kongō-classe cuirassés et les porte-avions de la 1ère Flotte Aérienne. Études de conception préparées pendant le développement de la première Caroline du Nord et Dakota du Sud démontraient la difficulté de concilier les désirs des officiers de la flotte avec ceux du personnel de planification dans les limites de déplacement imposées par le système du traité naval de Washington, qui régissait la construction des navires capitaux depuis 1923. Une clause d'escalator dans le deuxième traité naval de Londres de 1936 permettait une augmentation de 35 000 tonnes longues (36 000 t) à 45 000 tonnes longues (46 000 t) dans le cas où un pays membre refuserait de signer le traité, ce que le Japon refusait de faire. [2] Les derniers cuirassés à être construits par les États-Unis, ils étaient aussi les navires les plus grands et les plus rapides de la marine américaine du type. [3]

Missouri était de 887 pieds 3 pouces (270,4 m) de long au total et avait un faisceau de 108 pieds 2 pouces (33 m) et un tirant d'eau de 36 pieds 2,25 pouces (11 m). Son déplacement standard s'élevait à 48 110 tonnes longues (48 880 t) et est passé à 57 540 tonnes longues (58 460 t) à pleine charge de combat. Le navire était propulsé par quatre turbines à vapeur General Electric, chacune entraînant une hélice, utilisant la vapeur fournie par huit chaudières à mazout Babcock & Wilcox. Évaluées à 212 000 chevaux-vapeur (158 000 kW), les turbines étaient destinées à donner une vitesse de pointe de 32,5 nœuds (60,2 km/h 37,4 mph). Le navire avait une autonomie de croisière de 15 000 milles marins (28 000 km 17 000 mi) à une vitesse de 15 nœuds (28 km/h 17 mph). Son équipage comptait 117 officiers et 1 804 hommes de troupe. [3] [4]

Le navire était armé d'une batterie principale de neuf canons Mark 7 de calibre 16 (406 mm) /50 [a] dans trois tourelles à trois canons sur la ligne centrale, dont deux étaient placées en paire de super-tir à l'avant, avec la troisième à l'arrière . La batterie secondaire se composait de vingt canons à double usage de 5 pouces (127 mm)/38 calibres montés dans des tourelles jumelles regroupées au milieu du navire, cinq tourelles de chaque côté. Tel que conçu, le navire était équipé d'une batterie antiaérienne de quatre-vingts canons de 40 mm (1,6 in) et de quarante-neuf canons automatiques de 20 mm (0,79 in). [3] [4]

La ceinture de blindage principale avait une épaisseur de 307 mm (12,1 po), tandis que le pont blindé principal avait une épaisseur de 152 mm (6 po). Les tourelles de la batterie principale avaient des faces de 19,7 pouces (500 mm) d'épaisseur et elles étaient montées sur des barbettes protégées par 11,3 pouces (290 mm) d'acier. La tourelle avait des côtés de 17,5 pouces (444 mm) d'épaisseur. [3] Commençant par Missouri, le blindage de la cloison frontale a été augmenté de 11,3 pouces (287 mm) à 14,5 pouces (368 mm) afin de mieux protéger contre les incendies des secteurs frontaux. [5]

Construction Modifier

La quille pour Missouri a été posé au Brooklyn Navy Yard le 6 janvier 1941 sur la cale 1, sous la direction du contre-amiral Clark H. Woodward Le navire a été lancé le 29 janvier 1944 devant une foule de 20 000 à 30 000 spectateurs. Lors de la cérémonie de lancement, le navire a été baptisé par Margaret Truman, la fille de Harry S. Truman, alors l'un des sénateurs de l'État homonyme du navire, Truman lui-même a prononcé un discours lors de la cérémonie. Les travaux d'aménagement se sont déroulés rapidement et le navire a été mis en service le 11 juin, le capitaine William Callaghan a été son premier commandant. [3] [6]

Missouri a mené ses premiers essais en mer au large de New York, en commençant le 10 juillet, puis a fumé au sud jusqu'à la Baie de Chesapeake, où elle s'est embarquée dans une croisière d'essai et a conduit l'entraînement au combat. Pendant cette période, elle a opéré avec le nouveau grand croiseur Alaska, qui était également entré en service récemment, et plusieurs destroyers d'escorte. Le navire est devenu en route le 11 novembre, attaché pour la côte ouest des États-Unis. Elle a traversé le Canal de Panama le 18 novembre et a continué à San Francisco. Là, des travaux d'aménagement supplémentaires ont été effectués pour préparer le navire à être utilisé comme navire amiral de la flotte. [7]

Seconde Guerre mondiale (1944-1945) Modifier

Le 14 décembre, Missouri a quitté San Francisco et a navigué pour Ulithi dans les îles Caroline, où elle a rejoint le reste de la flotte le 13 janvier 1945. Elle est devenue un navire de quartier général temporaire pour le vice-amiral Marc A. Mitscher. [8] Elle a rejoint alors le Groupe de Travail Rapide de Transporteur, le Groupe de Travail 58, qui sortied le 27 janvier pour lancer une attaque aérienne sur Tokyo à l'appui de l'opération planifiée contre Iwo Jima. Missouri a servi dans le cadre de l'écran anti-aérien pour le groupe de travail 58.2, centré sur les transporteurs Lexington, Hancock, et San Jacinto, lors du raid sur Tokyo. [9] En plus de surveiller les transporteurs, Missouri et les autres cuirassés ont agi comme pétroliers pour les destroyers d'escorte, puisque le train logistique de la flotte ne pouvait pas accompagner la force de frappe pendant les raids. [dix]

Le 16 février, le groupe de travail était arrivé au large des côtes du Japon pour commencer une série de frappes aériennes. La flotte s'est ensuite rendue à Iwo Jima, qui a été envahie par les forces terrestres américaines le 19 février. Ce soir-là, alors qu'il patrouillait avec les porte-avions, Missouri abattu un avion japonais, probablement un bombardier Nakajima Ki-49. La Force opérationnelle 58 est partie début mars et est retournée à Ulithi pour reconstituer le carburant et les munitions. Missouri a été transféré au Yorktown groupe de travail, TG 58.4 à l'époque. [11]

Les navires sont repartis le 14 mars pour une autre série de frappes aériennes sur le Japon. [12] Quatre jours plus tard, Missouri Les canons anti-aériens ont aidé à la destruction de quatre avions japonais. Les porte-avions américains ont frappé diverses cibles autour de la mer intérieure, ce qui a déclenché une contre-attaque japonaise qui a touché plusieurs porte-avions. Le transporteur Franklin a été gravement endommagé et Missouri Le groupe de travail a été détaché pour couvrir son retrait. Avant le 22 mars, Franklin avait quitté la zone d'opérations et Missouri Le groupe est retourné à la flotte pour rejoindre le bombardement préparatoire à l'invasion prochaine d'Okinawa. [8] Missouri a été temporairement transféré à TF 59, avec ses navires jumeaux New Jersey et Wisconsin pour bombarder la côte sud d'Okinawa le 24 mars, [13] une partie d'un effort pour attirer l'attention japonaise de la cible d'invasion réelle sur le côté ouest de l'île. Les forces terrestres américaines ont débarqué le 1er avril. [8] Missouri par la suite retourné à TG 58.4. [14]

Alors qu'il opérait avec les transporteurs le 11 avril, Missouri a été attaqué par un kamikaze qui a heurté le côté du navire sous le pont principal. L'impact a brisé l'avion, projetant de l'essence sur le pont qui s'est rapidement enflammée, bien que Missouri L'équipage l'a rapidement supprimé. L'attaque a causé des dommages superficiels et le navire est resté à poste. Six jours plus tard, Missouri a détecté un sous-marin japonais à environ 12 nmi (22 km 14 mi) du groupe de travail. Le porte-avions léger Bataan et quatre destroyers ont été détachés, entraînant le naufrage du sous-marin I-56. Missouri a quitté la Force opérationnelle 58 le 5 mai pour revenir à Ulithi au cours de ses opérations au large d'Okinawa, elle a revendiqué cinq avions abattus et un autre tué probable, ainsi qu'un crédit partiel pour six autres avions détruits. [8] En route, Missouri ravitaillé en carburant d'un pétrolier de la flotte qui a également amené le nouveau commandant du navire, le capitaine Stuart S. Murray, qui est monté à bord et a relevé Callaghan. [15]

Le 9 mai, Missouri atteint Ulithi, avant de continuer vers le port d'Apra, Guam, où elle est arrivée neuf jours plus tard. L'amiral William F. Halsey Jr., le commandant de la troisième flotte, monta à bord du navire ce jour-là, faisant de lui le vaisseau amiral de la flotte de ce qui était maintenant rebaptisé TF 38. Le 21 mai, Missouri a repris la route, à destination d'Okinawa. Elle avait atteint la zone opérationnelle le 27 mai, lorsqu'elle a participé à des attaques contre les positions japonaises sur l'île. Elle et le reste de la troisième flotte se dirigent ensuite vers le nord pour mener une série de frappes aériennes sur les aérodromes japonais et d'autres installations sur l'île de Kyūshū les 2 et 3 juin. La flotte a été frappée par un typhon majeur dans la nuit du 5 au 6 juin, qui a causé d'importants dommages à de nombreux navires de la flotte, bien que Missouri n'a subi que des dommages mineurs. Une autre série de frappes aériennes contre des cibles sur Kyūshū a eu lieu le 8 juin. La flotte s'est ensuite retirée dans le golfe de Leyte pour reconstituer le carburant et les munitions, y arrivant le 13 juin. [8] [16]

La troisième flotte reprit la route le 1er juillet pour lancer une autre série d'attaques sur les îles japonaises. Au cours de cette période, Missouri exploité avec TG 38.4. L'avion porte-avions a frappé des cibles autour de Tokyo le 10 juillet, puis plus au nord entre Honshū et Hokkaidō du 13 au 14 juillet. Le jour suivant, Missouri et plusieurs autres navires ont été détachés pour former des installations industrielles de bombardement TG 38.4.2 à Muroran, Hokkaido. Une deuxième mission de bombardement a suivi dans la nuit du 17 au 18 juillet, date à laquelle le cuirassé britannique HMS Le roi George V avait rejoint la formation. [17] Elle est revenue alors pour couvrir les transporteurs pendant les grèves contre des cibles autour de la Mer Intérieure et alors Tokyo plus tard en mois. Après une brève pause, les porte-avions ont repris les attaques sur le nord du Japon le 9 août, le même jour que le bombardement atomique de Nagasaki. Le lendemain, des rumeurs ont circulé selon lesquelles le Japon se rendrait, ce qui a été officiellement annoncé le matin du 15 août. Le lendemain, l'amiral Sir Bruce Fraser de la Royal Navy, commandant de la flotte britannique du Pacifique, est monté à bord Missouri de conférer le Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de l'Empire britannique à Halsey pour son rôle dans la guerre. [8]

Signature de l'instrument de reddition japonais Modifier

Au cours des deux semaines suivantes, les forces alliées se préparèrent à commencer l'occupation du Japon. Le 21 août, Missouri a envoyé un contingent de 200 officiers et hommes sur son navire jumeau Iowa, qui devait débarquer une équipe de débarquement à Tokyo pour entamer le processus de démilitarisation du Japon. Deux jours plus tard, Murray a été informé que Missouri accueillerait la cérémonie de reddition, la date étant fixée au 31 août. L'équipage du navire a immédiatement commencé les préparatifs de l'événement, y compris le nettoyage et la peinture du navire. Missouri a commencé l'approche de la baie de Tokyo le 27 août, guidé par le destroyer japonais Hatsuzakura. Cette nuit-là, les navires se sont arrêtés à Kamakura, où un courrier a apporté le drapeau que le commodore Matthew Perry avait arboré lors de son expédition pour ouvrir le Japon en 1853. Le drapeau devait être déployé lors de la cérémonie de reddition. La flottille est ensuite entrée dans la baie de Tokyo le 29 août, et Missouri était ancré près de l'endroit où Perry avait ancré ses propres navires quelque quatre-vingt-douze ans plus tôt. Le mauvais temps a retardé la cérémonie jusqu'au 2 septembre. [18]

L'amiral de la flotte Chester Nimitz a embarqué peu après 08h00, et le général de l'armée Douglas MacArthur, le commandant suprême des Alliés, est monté à bord à 08h43. Les représentants japonais, dirigés par le ministre des Affaires étrangères Mamoru Shigemitsu, sont arrivés à 0856. À 0902, le général MacArthur s'est présenté devant une batterie de microphones et a ouvert la cérémonie de reddition de 23 minutes au monde en attente en déclarant : le sang et le carnage du passé, un monde fondé sur la foi et la compréhension, un monde dédié à la dignité de l'homme et à la réalisation de son souhait le plus cher de liberté, de tolérance et de justice." [20]

Un autre drapeau américain a été hissé et arboré à l'occasion, un drapeau que certaines sources ont indiqué était en fait ce drapeau qui avait survolé le Capitole des États-Unis le 7 décembre 1941. Ce n'est pas vrai, c'était un drapeau tiré du stock du navire, selon à Missouri le commandant, le capitaine Stuart « Sunshine » Murray, et c'était « juste un simple drapeau GI ordinaire ». [21]

À 09h30, les émissaires japonais étaient partis. Dans l'après-midi du 5 septembre, l'amiral Halsey transfère son pavillon au cuirassé Dakota du Sud, et tôt le lendemain Missouri a quitté la baie de Tokyo. Dans le cadre de l'opération Magic Carpet en cours, elle a reçu des passagers rentrant chez elle à Guam, puis a navigué sans escorte pour Hawaï. Elle est arrivée à Pearl Harbor le 20 septembre et a arboré le drapeau de l'amiral Nimitz l'après-midi du 28 septembre pour une réception. [19]

Après-guerre (1946-1950) Modifier

Le lendemain, Missouri a quitté Pearl Harbor à destination de la côte est des États-Unis. Elle a atteint New York le 23 octobre et a hissé le drapeau du commandant de la Flotte de l'Atlantique, l'Amiral Jonas Ingram. Quatre jours plus tard, Missouri a explosé une salve de 21 coups de canon alors que le président Truman embarquait pour les cérémonies de la Journée de la marine. [19]

Après une révision au chantier naval de New York et une croisière d'entraînement à Cuba, Missouri retourna à New York. Dans l'après-midi du 21 mars 1946, elle reçoit la dépouille de l'ambassadeur de Turquie aux États-Unis, Münir Ertegun. Elle est partie le 22 mars pour Gibraltar et le 5 avril a ancré dans le Bosphore d'Istanbul. Elle a rendu tous les honneurs, y compris le tir de salves de 19 coups de canon lors du transfert de la dépouille du défunt ambassadeur et de nouveau lors des funérailles à terre. [19]

Missouri a quitté Istanbul le 9 avril et est entré dans la baie de Phaleron, au Pirée, en Grèce, le lendemain pour un accueil écrasant de la part des responsables du gouvernement grec et des citoyens anti-communistes. La Grèce était devenue le théâtre d'une guerre civile entre le mouvement de résistance communiste de la Seconde Guerre mondiale et le retour du gouvernement grec en exil. Les États-Unis y ont vu un test important pour leur nouvelle doctrine d'endiguement de l'Union soviétique. Les Soviétiques faisaient également pression pour que des concessions dans le Dodécanèse soient incluses dans le traité de paix avec l'Italie et pour l'accès par le détroit des Dardanelles entre la mer Noire et la Méditerranée. Le voyage de Missouri vers la Méditerranée orientale symbolisait l'engagement stratégique de l'Amérique dans la région. Les médias l'ont proclamée symbole de l'intérêt des États-Unis pour la préservation de l'indépendance des deux nations. [19]

Missouri a quitté Le Pirée le 26 avril, touchant à Alger et à Tanger avant d'arriver à Norfolk le 9 mai. Elle est partie pour l'île de Culebra le 12 mai pour rejoindre la 8e flotte de l'amiral Mitscher dans les premières manœuvres d'entraînement à grande échelle de l'Atlantique d'après-guerre de la Marine. Le cuirassé revint à New York le 27 mai et passa l'année suivante à naviguer dans les eaux côtières de l'Atlantique au nord jusqu'au détroit de Davis et au sud jusqu'aux Caraïbes lors de divers exercices d'entraînement au commandement de l'Atlantique. [19] Le 13 décembre, lors d'un exercice d'entraînement à la cible dans l'Atlantique Nord, un obus en étoile a accidentellement heurté le cuirassé, mais sans causer de blessures. [22]

Missouri arrivé à Rio de Janeiro le 30 août 1947 pour la Conférence interaméricaine pour le maintien de la paix et de la sécurité dans l'hémisphère. Le président Truman est monté à bord le 2 septembre pour célébrer la signature du traité de Rio, qui a élargi la doctrine Monroe en stipulant qu'une attaque contre l'un des pays américains signataires serait considérée comme une attaque contre tous. [19]

La famille Truman a embarqué Missouri le 7 septembre 1947 pour retourner aux États-Unis et débarqué à Norfolk le 19 septembre. Sa révision à New York — qui a duré du 23 septembre au 10 mars 1948 — a été suivie d'une formation de recyclage à Guantanamo Bay. L'été 1948 est consacré aux croisières d'entraînement des aspirants et de la réserve. Toujours en 1948, Missouri est devenu le premier cuirassé à accueillir un détachement d'hélicoptères, exploitant deux machines Sikorsky HO3S-1 pour des travaux utilitaires et de sauvetage. [23] Le cuirassé a quitté Norfolk le 1 novembre 1948 pour une deuxième croisière d'entraînement par temps froid arctique de trois semaines vers le Détroit de Davis. Au cours des deux années suivantes, Missouri participé à des exercices de commandement de l'Atlantique de la côte de la Nouvelle-Angleterre aux Caraïbes, en alternance avec deux croisières d'entraînement d'été d'aspirants. Elle a été révisée au chantier naval de Norfolk du 23 septembre 1949 au 17 janvier 1950. [19]

Tout au long de la seconde moitié des années 1940, les diverses branches de service des États-Unis avaient réduit leurs stocks par rapport à leurs niveaux de la Seconde Guerre mondiale. Pour la Marine, cela a entraîné le déclassement de plusieurs navires de différents types et soit vendus à la ferraille, soit placés dans l'une des différentes flottes de réserve de la Marine américaine dispersées le long des côtes est et ouest des États-Unis. Dans le cadre de cette contraction, trois des Iowa-les cuirassés de classe avaient été désactivés et mis hors service cependant, le président Truman a refusé d'autoriser Missouri être déclassé. Contre l'avis du secrétaire à la Défense Louis Johnson, du secrétaire à la Marine John L. Sullivan et du chef des opérations navales Louis E. Denfeld, Truman a ordonné Missouri être maintenu avec la flotte active en partie à cause de son penchant pour le cuirassé et en partie parce que le cuirassé avait été baptisé par sa fille Margaret Truman. [24] [25]

Alors le seul cuirassé américain en service, Missouri se dirigeait vers la mer lors d'une mission d'entraînement depuis Hampton Roads au début du 17 janvier 1950 lorsqu'il s'échoua à 1,6 mi (2,6 km) de Thimble Shoal Light, près d'Old Point Comfort. Elle a heurté des hauts-fonds à une distance de trois longueurs de navire du chenal principal. Élevé à quelque 7 pieds (2,1 m) au-dessus de la ligne de flottaison, il s'est collé fort et vite. [19] Avec l'aide de remorqueurs, de pontons et d'une marée montante, il a été renfloué le 1er février 1950 et réparé. [19]

Guerre de Corée (1950-1953) Modifier

En 1950, la guerre de Corée éclate, poussant les États-Unis à intervenir au nom des Nations Unies. Le président Truman a été pris au dépourvu lorsque l'invasion a frappé, mais a rapidement ordonné aux forces américaines stationnées au Japon d'entrer en Corée du Sud. Truman a également envoyé des troupes, des chars, des avions de chasse et de bombardement basés aux États-Unis, ainsi qu'une puissante force navale en Corée pour soutenir la République de Corée. Dans le cadre de la mobilisation navale Missouri a été appelé de la flotte de l'Atlantique et envoyé de Norfolk le 19 août pour soutenir les forces de l'ONU dans la péninsule coréenne. [19]

Missouri arrive juste à l'ouest de Kyūshū le 14 septembre, où il devient le vaisseau amiral du contre-amiral Allan Edward Smith. Premier cuirassé américain à atteindre les eaux coréennes, il bombarda Samchok le 15 septembre 1950 pour tenter de détourner les troupes et l'attention des débarquements d'Incheon. C'était la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que Missouri avait tiré ses armes de colère, et en compagnie du croiseur Hélène et deux destroyers, elle a aidé à préparer le terrain pour l'offensive de la huitième armée américaine. [19]

Missouri est arrivé à Incheon le 19 septembre et le 10 octobre est devenu le vaisseau amiral du contre-amiral John M. Higgins, commandant, Cruiser Division 5 (CruDiv 5). Elle est arrivée à Sasebo le 14 octobre, où elle est devenue le vaisseau amiral du vice-amiral A. D. Struble, commandant de la 7e flotte. Après avoir contrôlé le porte-avions Forge de la Vallée le long de la côte est de la Corée, elle a mené des missions de bombardement du 12 au 26 octobre dans les régions de Chongjin et Tanchon et à Wonsan où elle a de nouveau projeté des porte-avions à l'est de Wonsan. [19]

Les débarquements amphibies de MacArthur à Incheon avaient coupé les lignes d'approvisionnement de l'armée nord-coréenne, en conséquence, l'armée nord-coréenne avait entamé une longue retraite de la Corée du Sud vers la Corée du Nord. Cette retraite a été étroitement surveillée par la République populaire de Chine (RPC), par crainte que l'offensive de l'ONU contre la Corée ne crée un ennemi soutenu par les États-Unis à la frontière chinoise, et par crainte que l'offensive de l'ONU en Corée ne se transforme en une guerre contre la Chine. La dernière de ces deux menaces s'était déjà manifestée pendant la guerre de Corée : des sabres américains F-86 en patrouille dans la « MiG Alley » traversaient fréquemment la Chine tout en poursuivant des MiG communistes opérant à partir de bases aériennes chinoises. [26]

De plus, les commandants de l'ONU, notamment MacArthur, ont parlé d'une campagne potentielle contre la République populaire de Chine. Dans un effort pour dissuader les forces de l'ONU d'envahir complètement la Corée du Nord, la République populaire de Chine a émis des avertissements diplomatiques indiquant qu'elle utiliserait la force pour protéger la Corée du Nord, mais ces avertissements n'ont pas été pris au sérieux pour un certain nombre de raisons, parmi lesquelles le fait que la Chine manquait de couverture aérienne pour mener une telle attaque. [27] [28] Cela a changé brusquement le 19 octobre 1950, lorsque le premier d'un total éventuel de 380 000 soldats de l'Armée populaire de libération sous le commandement du général Peng Dehuai est entré en Corée du Nord, lançant un assaut à grande échelle contre l'avancée des troupes de l'ONU. L'offensive de la RPC a pris l'ONU complètement par surprise. Les forces de l'ONU ont réalisé qu'elles devraient se replier et ont rapidement exécuté une retraite d'urgence. Les ressources de l'ONU ont été remaniées afin de couvrir cette retraite, et dans le cadre de la force chargée de couvrir la retraite de l'ONU Missouri a été déplacé à Hungnam le 23 décembre pour fournir un appui-feu autour du périmètre de défense de Hungnam jusqu'à ce que les dernières troupes de l'ONU, la 3e division d'infanterie américaine, soient évacuées par la mer le 24 décembre 1950. [19]

Missouri a conduit des opérations supplémentaires avec des transporteurs et des bombardements de rivage de la côte est de la Corée jusqu'au 19 mars 1951. Elle est arrivée à Yokosuka le 24 mars et 4 jours plus tard a été relevée du devoir dans l'Extrême-Orient. Elle a quitté Yokosuka le 28 mars et à l'arrivée à Norfolk le 27 avril est devenue le vaisseau amiral de Contre-amiral James L. Holloway, Jr., commandant, Cruiser Force, Atlantic Fleet. Au cours de l'été 1951, elle s'est engagée dans deux croisières de formation d'aspirant de marine en Europe du Nord. Sous le commandement du capitaine John Sylvester, Missouri est entré au chantier naval de Norfolk le 18 octobre 1951 pour une révision, qui a duré jusqu'au 30 janvier 1952. [19]

Après l'entraînement hivernal et printanier à Guantanamo Bay, Missouri visité New York, puis mis le cap depuis Norfolk le 9 juin 1952 pour une autre croisière d'aspirant. Elle est revenue à Norfolk le 4 août et est entrée dans le Chantier Naval de Norfolk pour se préparer à une deuxième tournée dans la zone de combat coréenne. [19]

Missouri sorti de Hampton Roads le 11 septembre 1952 et arriva à Yokosuka le 17 octobre. Vice Admiral Joseph J. Clark, commander of the 7th Fleet, brought his staff onboard on 19 October. Her primary mission was to provide seagoing artillery support by bombarding enemy targets in the Chaho-Tanchon area, at Chongjin, in the Tanchon-Sonjin area, and at Chaho, Wonsan, Hamhung, and Hungnam during the period 25 October through 2 January 1953. [19]

Missouri put into Incheon on 5 January 1953 and sailed thence to Sasebo, Japan. General Mark W. Clark, Commander in Chief, U.N. Command, and Admiral Sir Guy Russell, Royal Navy Commander-in-Chief, Far East Fleet, visited the battleship on 23 January. In the following weeks, Missouri resumed "Cobra" patrol along the east coast of Korea to support troops ashore. Repeated bombardment of Wonsan, Tanehon, Hungnam, and Kojo destroyed main supply routes along the eastern seaboard of Korea. [19]

The last bombardment mission by Missouri was against the Kojo area on 25 March. On 26 March, her commanding officer—Captain Warner R. Edsall—suffered a fatal heart attack while conning her through the submarine net at Sasebo. She was relieved as the 7th Fleet flagship on 6 April by her older sister New Jersey. [19]

Missouri departed Yokosuka on 7 April and arrived at Norfolk on 4 May to become flagship for Rear Admiral E. T. Woolridge, commander, Battleships-Cruisers, Atlantic Fleet, on 14 May. She departed on 8 June on a midshipman training cruise, returned to Norfolk on 4 August, and was overhauled in Norfolk Naval Shipyard from 20 November 1953 to 2 April 1954. As the flagship of Rear Admiral R. E. Kirby, who had relieved Admiral Woolridge, Missouri departed Norfolk on 7 June as flagship of the midshipman training cruise to Lisbon and Cherbourg. During this voyage Missouri was joined by the other three battleships of her class, New Jersey, Wisconsin, et Iowa, the only time the four ships sailed together. [29] She returned to Norfolk on 3 August and departed on 23 August for inactivation on the West Coast. After calls at Long Beach and San Francisco, Missouri arrived in Seattle on 15 September. Three days later she entered Puget Sound Naval Shipyard where she was decommissioned on 26 February 1955, entering the Bremerton group, Pacific Reserve Fleet. [19] [30]

Deactivation Edit

Reactivation (1984–1990) Edit

Under the Reagan Administration's program to build a 600-ship Navy, led by Secretary of the Navy John F. Lehman, Missouri was reactivated and towed by the salvage ship Beaufort to the Long Beach Naval Yard in the summer of 1984 to undergo modernization in advance of her scheduled recommissioning. [19] [31] In preparation for the move, a skeleton crew of 20 spent three weeks working 12- to 16-hour days preparing the battleship for her tow. [32] During the modernization Missouri had her obsolete armament removed: 20 mm and 40 mm anti-aircraft guns, and four of her ten 5-inch (127 mm) gun mounts. [33]

Over the next several months, the ship was upgraded with the most advanced weaponry available among the new weapons systems installed were four Mk 141 quad cell launchers for 16 RGM-84 Harpoon anti-ship missiles, eight Mk 143 Armored Box Launcher mounts for 32 BGM-109 Tomahawk cruise missiles, and a quartet of Phalanx Close In Weapon System rotary cannon for defense against enemy anti-ship missiles and enemy aircraft. [33] Also included in her modernization were upgrades to radar and fire control systems for her guns and missiles, and improved electronic warfare capabilities. [33] During the modernization Missouri ' s 800 lb (360 kg) bell, which had been removed from the battleship and sent to Jefferson City, Missouri for sesquicentennial celebrations in the state, was formally returned to the battleship in advance of her recommissioning. [34] Missouri was formally recommissioned in San Francisco on 10 May 1986. "This is a day to celebrate the rebirth of American sea power," Secretary of Defense Caspar Weinberger told an audience of 10,000 at the recommissioning ceremony, instructing the crew to "listen for the footsteps of those who have gone before you. They speak to you of honor and the importance of duty. They remind you of your own traditions." [35] Also present at the recommissioning ceremony was Missouri governor John Ashcroft, U.S. Senator Pete Wilson, Secretary of the Navy John Lehman, and San Francisco mayor Dianne Feinstein. Margaret Truman gave a short speech especially aimed at the ship's crew, which ended with "now take care of my baby." Her remarks were met with rounds of applause from the crew. [36]

Four months later Missouri departed from her new home port of Long Beach for an around-the-world cruise, visiting Pearl Harbor Hawaii Sydney, Hobart, and Perth, Australia Diego Garcia the Suez Canal Istanbul, Turkey Naples, Italy Rota, Spain Lisbon, Portugal and the Panama Canal. Missouri became the first American battleship to circumnavigate the globe since Theodore Roosevelt's "Great White Fleet" 80 years before—a fleet which included the first battleship named USS Missouri (BB-11) . [19]

In 1987, Missouri was outfitted with 40 mm grenade launchers and 25 mm chain guns and sent to take part in Operation Earnest Will, the escorting of reflagged Kuwaiti oil tankers in the Persian Gulf. [37] These smaller-caliber weapons were installed due to the threat of Iranian-manned, Swedish-made Boghammar cigarette boats operating in the Persian Gulf at the time. [38] On 25 July, the ship departed on a six-month deployment to the Indian Ocean and North Arabian Sea. She spent more than 100 continuous days at sea in a hot, tense environment. As the centerpiece for Battlegroup Echo, Missouri escorted tanker convoys through the Strait of Hormuz, keeping her fire control system trained on land-based Iranian Silkworm missile launchers. [39]

Missouri returned to the United States via Diego Garcia, Australia, and Hawaii in early 1988. Several months later, Missouri ' s crew again headed for Hawaiian waters for the Rim of the Pacific (RimPac) exercises, which involved more than 50,000 troops and ships from the navies of Australia, Canada, Japan, and the United States. Port visits in 1988 included Vancouver and Victoria in Canada, San Diego, Seattle, and Bremerton. [19]

In the early months of 1989, Missouri was in the Long Beach Naval Shipyard for routine maintenance. On 1 July 1989, while berthed at Pier D, the music video for Cher's "If I Could Turn Back Time" was filmed aboard Missouri and featured the ship's crew. A few months later she departed for Pacific Exercise (PacEx) '89, where she and New Jersey performed a simultaneous gunfire demonstration for the aircraft carriers Entreprise et Nimitz. The highlight of PacEx was a port visit in Pusan, Republic of Korea. In 1990, Missouri again took part in the RimPac Exercise with ships from Australia, Canada, Japan, Korea, and the U.S. [19]

Gulf War (January–February 1991) Edit

On 2 August 1990 Iraq, led by President Saddam Hussein, invaded Kuwait. In the middle of the month U.S. President George H. W. Bush, in keeping with the Carter Doctrine, sent the first of several hundred thousand troops, along with a strong force of naval support, to Saudi Arabia and the Persian Gulf area to support a multinational force in a standoff with Iraq.

Missouri ' s scheduled four-month Western Pacific port-to-port cruise set to begin in September was canceled just a few days before the ship was to leave. She had been placed on hold in anticipation of being mobilized as forces continued to mass in the Middle East. Missouri departed on 13 November 1990 for the troubled waters of the Persian Gulf. She departed from Pier 6 at Long Beach, with extensive press coverage, and headed for Hawaii and the Philippines for more work-ups en route to the Persian Gulf. Along the way she made stops at Subic Bay and Pattaya Beach, Thailand, before transiting the Strait of Hormuz on 3 January 1991. During subsequent operations leading up to Operation Desert Storm, Missouri prepared to launch Tomahawk Land Attack Missiles (TLAMs) and provide naval gunfire support as required. [19]

Missouri fired her first Tomahawk missile at Iraqi targets at 01:40 am on 17 January 1991, followed by 27 additional missiles over the next five days. [19]

On 29 January, the Oliver Hazard Perry-classe frégate Curts LED Missouri northward, using advanced mine-avoidance sonar. In her first naval gunfire support action of Desert Storm she shelled an Iraqi command and control bunker near the Saudi border, the first time her 16 in (406 mm) guns had been fired in combat since March 1953 off Korea. [40] The battleship bombarded Iraqi beach defenses in occupied Kuwait on the night of 3 February, firing 112 16 in (406 mm) rounds over the next three days until relieved by Wisconsin. Missouri then fired another 60 rounds off Khafji on 11–12 February before steaming north to Faylaka Island. After minesweepers cleared a lane through Iraqi defenses, Missouri fired 133 rounds during four shore bombardment missions as part of the amphibious landing feint against the Kuwaiti shore line the morning of 23 February. [19] The heavy pounding attracted Iraqi attention in response to the battleship's artillery strike, the Iraqis fired two HY-2 Silkworm missiles at the battleship, one of which missed. [19] The other missile was intercepted by a GWS-30 Sea Dart missile launched from the British air defence destroyer HMS Gloucester [19] within 90 seconds and crashed into the sea roughly 700 yd (640 m) in front of Missouri. [41]

During the campaign, Missouri was involved in a friendly fire incident with the Oliver Hazard Perry-classe frégate Jarrett. According to the official report, on 25 February, Jarrett ' s Phalanx CIWS engaged the chaff fired by Missouri as a countermeasure against enemy missiles, and stray rounds from the firing struck Missouri, one penetrating through a bulkhead and becoming embedded in an interior passageway of the ship. Another round struck the ship on the forward funnel, passing completely through it. One sailor aboard Missouri was struck in the neck by flying shrapnel and suffered minor injuries. Those familiar with the incident are skeptical of this account, however, as Jarrett was reportedly over 2 mi (3.2 km) away at the time and the characteristics of chaff are such that a Phalanx would not normally regard it as a threat and engage it. [42] There is no dispute that the rounds that struck Missouri did come from Jarrett, and that it was an accident. There was suspicion that a Phalanx operator on Jarrett may have accidentally fired off a few rounds manually, but there is no evidence supporting this theory. [43] [44]

During the operation, Missouri also assisted coalition forces engaged in clearing Iraqi naval mines in the Persian Gulf. By the time the war ended, Missouri had destroyed at least 15 naval mines. [41]

With combat operations out of range of the battleship's weapons on 26 February, Missouri had fired a total 783 rounds of 16 in (406 mm) shells and launched 28 Tomahawk cruise missiles during the campaign, [45] and commenced to conduct patrol and armistice enforcement operations in the northern Persian Gulf until sailing for home on 21 March. Following stops at Fremantle and Hobart, Australia, the warship visited Pearl Harbor before arriving home in April. She spent the remainder of the year conducting type training and other local operations, the latter including 7 December "voyage of remembrance" to mark the 50th anniversary of the Pearl Harbor attack in 1941. During that ceremony, Missouri hosted President Bush, the first such presidential visit for the warship since Harry S. Truman's in September 1947. [19]

With the collapse of the Soviet Union in the early 1990s and the absence of a perceived threat to the United States came drastic cuts in the defense budget, and the high cost of maintaining and operating battleships as part of the United States Navy's active fleet became uneconomical as a result, Missouri was decommissioned on 31 March 1992 at Long Beach after 16 total years of active service. [47] Her last commanding officer, Captain Albert L. Kaiss, wrote in the ship's final Plan of the Day:

Our final day has arrived. Today the final chapter in battleship Missouri ' s history will be written. It's often said that the crew makes the command. There is no truer statement . for it's the crew of this great ship that made this a great command. You are a special breed of sailors and Marines and I am proud to have served with each and every one of you. To you who have made the painful journey of putting this great lady to sleep, I thank you. For you have had the toughest job. To put away a ship that has become as much a part of you as you are to her is a sad ending to a great tour. But take solace in this—you have lived up to the history of the ship and those who sailed her before us. We took her to war, performed magnificently and added another chapter in her history, standing side by side our forerunners in true naval tradition. Que Dieu vous bénisse tous.

Missouri returned to be part of the United States Navy reserve fleet at Puget Sound Naval Shipyard, Bremerton, Washington, until 12 January 1995, when she was struck from the Naval Vessel Register. She remained in Bremerton, but was not open to tourists as she had been from 1957 to 1984. In spite of attempts by citizens' groups to keep her in Bremerton and be re-opened as a tourist site, the U.S. Navy wanted to pair a symbol of the end of World War II with one representing (for the United States) its beginning. [48] On 4 May 1998, Secretary of the Navy John H. Dalton signed the donation contract that transferred her to the nonprofit USS Missouri Memorial Association (MMA) of Honolulu, Hawaii. She was towed from Bremerton on 23 May to Astoria, Oregon, where she sat in fresh water at the mouth of the Columbia River to kill and drop the saltwater barnacles and sea grasses that had grown on her hull in Bremerton, [41] then towed across the eastern Pacific, and docked at Ford Island, Pearl Harbor on 22 June, just 500 yd (460 m) from the Arizona Memorial. [35] Less than a year later, on 29 January 1999, Missouri was opened as a museum operated by the MMA.

Originally, the decision to move Missouri to Pearl Harbor was met with some resistance. The National Park Service expressed concern that the battleship, whose name has become synonymous with the end of World War II, would overshadow the battleship Arizona, whose dramatic explosion and subsequent sinking on 7 December 1941 has since become synonymous with the attack on Pearl Harbor. [49] To help guard against this impression Missouri was placed well back from and facing the Arizona Memorial, so that those participating in military ceremonies on Missouri ' s aft decks would not have sight of the Arizona Memorial. The decision to have Missouri ' s bow face the Arizona Memorial was intended to convey that Missouri watches over the remains of Arizona so that those interred within Arizona ' s hull may rest in peace. [50]

A gun from Missouri is paired with a gun formerly on Arizona at the Wesley Bolin Memorial Plaza just east of the Arizona State Capitol complex in downtown Phoenix, Arizona. It is part of a memorial representing the start and end of the Pacific War for the United States. [51]

Missouri was listed on the National Register of Historic Places on 14 May 1971 for hosting the signing of the instrument of Japanese surrender that ended World War II. [49] She is not eligible for designation as a National Historic Landmark because she was extensively modernized in the years following the surrender. [50]

On 14 October 2009, Missouri was moved from her berthing station on Battleship Row to a drydock at the Pearl Harbor Naval Shipyard to undergo a three-month overhaul. The work, priced at $18 million, included installing a new anti-corrosion system, repainting the hull, and upgrading the internal mechanisms. Drydock workers reported that the ship was leaking at some points on the starboard side. [52] The repairs were completed the first week of January 2010 and the ship was returned to her berthing station on Battleship Row on 7 January 2010. The ship's grand reopening occurred on 30 January. [53]

Missouri was central to the plot of the film En état de siège, although many scenes were shot aboard the similar but older battleship USS Alabama. The ship was also prominently featured in another movie, Bataille navale. Comme Missouri has not moved under her own power since 1992, shots of the ship at sea were obtained with the help of three tugboats. [54] The music video for Cher's "If I Could Turn Back Time" was also filmed aboard Missouri. The U.S. Navy, which had granted permission to shoot the video there, was unhappy with the sexual nature of the performance. [55]

Missouri received three battle stars for her service in World War II, five for her service during the Korean War, and three for her service during the Gulf War. [50] Missouri also received numerous awards for her service in World War II, Korea, and the Persian Gulf. [56] The ship has also received a number of awards for her role as museum ship:


Missouri 2021 Bicentennial

August 10, 2021, will mark the two hundredth anniversary of Missouri’s entry as the 24th state to enter the United States. A state with many different regional cultures, geographies, and industries, each Missouri community, county, and region has a story to tell about its people, their history, their commerce, and their culture. By celebrating the accomplishments and diversity of all these regions, we help create a better understanding of our one Missouri and the ties that bind us together.

A successful commemoration of Missouri’s two hundredth year will engage all 114 counties and the City of St. Louis in a meaningful look at the Show-Me State’s past, present, and future. Missourians will reflect on the events that have shaped their communities, counties, regions, and the entire State, while starting a new chapter in its’ unique history.

While a time of celebration, it is also a time to reflect and to build a strong future for the State, setting the course for Missouri’s next 200 years.


Soulagement

The part of Missouri that lies north of the Missouri River was once glaciated. In this area the land is characterized by gently rolling hills, fertile plains, and well-watered prairie country. South of the Missouri, a large portion of the state lies in the Ozark Mountains. Except in the extreme southeastern corner of Missouri—including the southern extension, commonly called the “Bootheel”—and along the western boundary, the land in this region is rough and hilly, with some deep, narrow valleys and clear, swift streams. It is an area abounding with caves and extraordinarily large natural springs. Much of the land is 1,000 to 1,400 feet (300 to 425 metres) above sea level, although near the western border the elevations rarely rise above 800 feet (250 metres). About 90 miles (145 km) south of St. Louis is Taum Sauk Mountain with an elevation of 1,772 feet (540 metres), it is the highest point in the state. In far southeastern Missouri lies a part of the alluvial plain of the Mississippi River, where elevations are less than 500 feet (150 metres). On the southwestern edge of this region is the state’s lowest point, where the St. Francis River flows from the Missouri Bootheel into Arkansas at an elevation of about 230 feet (70 metres).

The St. Francois Mountains in the eastern Ozarks exhibit igneous granite and rhyolite outcroppings, while the rest of the state is underlain by sedimentary rocks—mainly limestones, dolomites, sandstone, and shale. Missouri is tectonically stable except for the southeastern portion, where small earth tremors occur. The possibility of another devastating earthquake of a magnitude comparable to those centred at New Madrid in 1811–12 cannot be discounted.


The first Lodge in Missouri was created by residents of Ste. Genevieve, Missouri. The charter was issued on November 14, 1807 on a warrant from the Grand Lodge of Pennsylvania for the Louisiana Lodge No. 109, to be held in St. Genevieve, Territory of Louisiana with the following officers: Aaron Elliott, Master Andrew Henry, Senior Warden and George Bullitt, Junior Warden.

On September 15, 1808, the Grand Lodge of Pennsylvania granted a warrant to Meriwether Lewis (leader of the Lewis and Clark Expedition, and the first governor of the Territory of Louisiana), Master, Thomas Fiveash Riddick, Senior Warden, and Rufus Easton, Junior Warden, for Saint Louis Lodge No. 111. This Lodge was constituted November 8, 1808, by Otho Shrader under dispensation dated September 16, 1808.

Later, the Grand Lodge of Tennessee granted charters to three Lodges in Missouri Territory: Missouri Lodge No. 12, in St. Louis, October 8, 1816, Joachim Lodge No. 25, at Herculaneum, October 5, 1819, and St. Charles Lodge No. 28, at St. Charles, October 5, 1819.

In 1820 Unity Lodge was established at Jackson under dispensation from the Grand Lodge of Indiana. It was in existence when the Grand Lodge of Missouri was organized, and was rechartered by it as Unity Lodge No. 6.

On February 22, 1821, representatives from Missouri Lodge No. 12, Joachim Lodge No. 25, and St. Charles Lodge No. 28, assembled in the hall of Missouri Lodge and resolved to organize a grand Lodge for the State of Missouri. The Grand Lodge was organized April 21, 1821, and a constitution and by-laws were adopted.

The Grand Lodge of Free and Accepted Ancient Masons of the State of Missouri was incorporated by act of the General Assembly of Missouri February 17, 1843. An amendment to this act, repealing its requirement of operation of a college, was approved February 11, 1861. By act of the General Assembly approved February 13, 1864, certain named members of the"Grand Lodge of the State of Missouri of Free and Accepted Ancient Masons were incorporated as "The Grand Lodge of the State of Missouri of Free and Accepted Ancient Masons." By act of the General Assembly approved March 22, 1870, the Grand Lodge of Ancient, Free and Accepted Masons of the State of Missouri was, among other things, "authorized to own property of any value not exceeding $300,000.00." By decree of the Circuit Court of the City of Saint Louis entered November 18, 1933, the corporate names used in these legislative acts were replaced by "The Grand Lodge of Ancient, Free and Accepted Masons of the State of Missouri, which is now the correct corporate name of the Grand Lodge, and the powers of the corporation, especially with reference to the Masonic Home and to the holding of property, were greatly amplified.

The present Constitution was adopted May 28, 1866, with a Code of By-Laws, which has been amended through the years. The By-Laws are subject to change by the action of the Grand Lodge members at the annual communication (meeting) of the Grand Lodge.

The Grand Lodge operated Masonic College in Lexington, Missouri during the middle part of the 19th century.

President Harry Truman was a prominent Missouri mason his apron is on display at the Grand Lodge.

Author Samuel Clemens (Mark Twain) affiliated with Polar Star Lodge Number 79 in St. Louis Missouri.


Contenu

Conference affiliations Edit

  • Independent (1890–1892) (1892–1897)
  • Independent (1898–1906) (1907–1995)
    • MVIAA 1907–1964, unofficially called Big Six 1928–1947, Big Seven 1947–1957 and Big Eight 1957–1963

    The Missouri Tigers have 15 conference championships and 5 conference division titles. [5]

    National championships Edit

    The Tigers were selected as national champions by NCAA-designated major selectors in both the 1960 and 2007 seasons. [6] [7] [8] [9] Neither championship is claimed by the school.

    Saison Entraîneur Sélecteurs Enregistrer
    1960 Dan Devine Poling System 11–0†
    2007 Gary Pinkel Anderson & Hester 12–2

    † The 1960 record was officially recorded as 10–1, but was later changed to 11–0 due to Kansas' subsequent forfeit. [dix]

    Championnats de conférence Modifier

    Missouri has won 15 conference championships

    Année Conférence Entraîneur Record global Enregistrement de la conférence
    1893† WIUFA H.O. Robinson 4–3 2–1
    1894† 4–3 2–1
    1895† C.D. Bliss 7–1 2–1
    1909 Big Eight William Roper 7–0–1 4–0–1
    1913 Chester Brewer 7–1 4–0
    1919 John F. Miller 5–1–2 4–0–1
    1924 Gwinn Henry 7–2 5–1
    1925 6–1–1 5–1
    1927 7–2 5–1
    1939 Don Faurot 8–2 5–0
    1941 8–2 5–0
    1942 8–3–1 4–0–1
    1945 Chauncey Simpson 6–4 5–0
    1960‡ Dan Devine 11–0 7–0
    1969† 9–2 6–1

    † Co-champions
    ‡ The 1960 Big Eight title was retroactively awarded after a loss to Kansas was reversed due to Kansas' use of a player who was later ruled to be ineligible. [11] [12]

    Championnats de division Modifier

    The Tigers were previously members of the Big 12 North division between its inception in 1996 and the dissolution of conference divisions within the Big 12 in 2011. The Tigers joined the SEC as members of the SEC East starting in 2012. Missouri has won 5 division championships.

    Saison Division Opponent Résultat CG
    2007† Big 12 North Oklahoma L 17-38
    2008† Oklahoma L 21–62
    2010† N/A lost tiebreaker to Nebraska
    2013 SEC East Auburn L 42–59
    2014 Alabama L 13–42

    Missouri has appeared in 33 bowl games, including 10 major bowl appearances: 4 Orange Bowls, 3 Cotton Bowls, 2 Sugar Bowls, and 1 Fiesta Bowl, with an all-time bowl record of 15–18. [13]

    Missouri's entire bowl history is shown in the table below. [14]

    Saison Entraîneur bol Opponent Résultat
    1924 Gwinn Henry Los Angeles Christmas Festival USC L 7–20
    1939 Don Faurot Bol à l'orange Géorgie Tech L 7–21
    1941 Don Faurot Sugar Bowl Fordham L 0–2
    1945 Chauncey Simpson Cotton Bowl Classic Texas L 27–40
    1948 Don Faurot Bol d'alligator Clemson L 23–24
    1949 Don Faurot Bol d'alligator Maryland L 7–20
    1959 Dan Devine Bol à l'orange Géorgie L 0–14
    1960 Dan Devine Bol à l'orange Marine W 21–14
    1962 Dan Devine Bluebonnet Bowl Géorgie Tech W 14–10
    1965 Dan Devine Sugar Bowl Floride W 20–18
    1968 Dan Devine Bol d'alligator Alabama W 35–10
    1969 Dan Devine Bol à l'orange État de Pennsylvanie L 3–10
    1972 Al Onofrio Fiesta Bowl État de l'Arizona L 35–49
    1973 Al Onofrio Bol Soleil Auburn W 34–17
    1978 Warren Powers Liberty Bowl LSU W 20–15
    1979 Warren Powers Hall of Fame Classic Caroline du Sud W 24–14
    1980 Warren Powers Liberty Bowl Purdue L 25–28
    1981 Warren Powers Tangerine Bowl Southern Miss W 19–17
    1983 Warren Powers Bol des Fêtes BYU L 17–21
    1997 Larry Smith Bol des Fêtes Colorado State L 24–35
    1998 Larry Smith Insight.com Bowl Virginie-Occidentale W 34–31
    2003 Gary Pinkel Independence Bowl Arkansas L 14–27
    2005 Gary Pinkel Independence Bowl Caroline du Sud W 38–31
    2006 Gary Pinkel Bol Soleil État de l'Oregon L 38–39
    2007 Gary Pinkel Cotton Bowl Classic Arkansas W 38–7
    2008 Gary Pinkel Bol Alamo Nord-ouest W 30–23 OT
    2009 Gary Pinkel Texas Bowl Marine L 13–35
    2010 Gary Pinkel Bol Insight Iowa L 24–27
    2011 Gary Pinkel Independence Bowl Caroline du Nord W 41–24
    2013 Gary Pinkel Cotton Bowl Classic Oklahoma State W 41–31
    2014 Gary Pinkel Citrus Bowl Minnesota W 33–17
    2017 Barry Odom Texas Bowl Texas L 33–16
    2018 Barry Odom Liberty Bowl Oklahoma State L 33–38

    Arkansas Edit

    Missouri leads the series Arkansas 9-3 through the 2020 season. [15]

    Kansas Edit

    Missouri leads the series with Kansas 57–54–9 through the 2020 season. [16]

    Illinois Edit

    Missouri leads the series with Illinois 17–7 through the 2020 season. [17]

    État de l'Iowa Modifier

    Missouri leads the series with Iowa State 61–34–9 through the 2020 season. [18]

    Nebraska Modifier

    Nebraska leads the series 65–36–3 through the 2020 season. [19]

    Oklahoma Edit

    Oklahoma leads the series 67–24–5 through the 2020 season. [20]

    • Amos Alonzo Stagg Award – For Contributions to Football
    • Walter Camp Coach of the Year Award
    • Mosi Tatupu Award – Best Special Teams Player
    • John Mackey Award – Best Tight End

    All-Americans Edit

    Missouri has 36 first-team All-American selections as of 2017, 13 of whom were consensus selections. [21] : 121–126

      , T 1925 , QB 1939 ,† C 1941 , RB 1942 , DE 1955 ,† DE 1960 , T 1961
  • Conrad Hitchler, DE 1962 ,† DB 1965 , OT 1965 , OT 1967 ,† DB 1968
    • , OG 1969 , C 1973
    • John Moseley, DB 1973 , WR 1975 , OT 1976 ,† TE 1978 , DB 1980 , C 1981 , DT 1981 , OT 1983 ,† OT 1986
    • Devin West, TB 1998
      ,† C 1999 , DE 2000 ,† TE 2007 ,† AP 2007 & 2008 ,† TE 2008 , WR 2009
    • Grant Ressel, K 2009 ,† TE 2010 ,† DE 2013 ,† DE 2014 , ST 2014 , LB 2015

    Missouri has retired six jersey numbers representing seven players as of 2017. [21] : 119–120

    Non. Nom Position Carrière
    23 Johnny Roland HB 1962, 1964–65
    Roger Wehrli CB 1966–68
    27 Brock Olivo RB 1994–97
    37 Bob Steuber E/HB 1940–43
    42 Darold Jenkins C 1939–41
    44 Paul Christman HB 1938–40
    83 Kellen Winslow TE 1975–78

    College Football Hall of Fame Edit

    Missouri has 11 inductees into the College Football Hall of Fame. [22]

    Joueur Position Induction
    Paul Christman QB 1956
    Don Faurot Entraîneur 1961
    Bob Steuber HB 1971
    Jim Phelan Entraîneur 1973
    Ed Travis T 1974
    Darold Jenkins C 1976
    Frank Broyles Entraîneur 1983
    Dan Devine Entraîneur 1985
    Johnny Roland HB 1998
    Kellen Winslow TE 2002
    Roger Wehrli CB 2003

    Pro Football Hall of Fame Edit

    Two Missouri players have been enshrined in the Pro Football Hall of Fame: [23]

    Joueur Position Induction
    Kellen Winslow TE 1995
    Roger Wehrli CB 2007

    Truman the Tiger was introduced as the school's mascot against the Utah State Aggies in 1986, receiving his name from former president Harry S Truman. Truman has been named the "Nation's Best Mascot" three times since 1986, most recently in 2014. [24]

    The NCAA [25] as well as Péril! et Trivial Pursuit [26] recognize the University of Missouri as the birthplace of Homecoming, an event which became a national tradition in college football. The history of the University of Missouri Homecoming can be traced back to the 1911 Kansas vs. Missouri football game, when the Missouri Tigers faced off against the Kansas Jayhawks in the first installment of the Border War rivalry series. [27] [28]

    Intra-division opponents Edit

    Missouri plays the other six SEC East opponents once per season. [29]

    Even Numbered Years Odd Number Years
    at Tennessee vs Tennessee
    vs Georgia at Georgia
    at Florida vs Florida
    vs Vanderbilt at Vanderbilt
    at South Carolina vs South Carolina
    vs Kentucky at Kentucky

    Non-division opponents Edit

    Missouri plays Arkansas as a permanent non-division opponent annually and rotates around the Ouest division among the other six schools. [30]


    Voir la vidéo: Treasure hunting by metal detector TREASURE MEGA GIANT! GOLD SENSATION 2020 (Janvier 2022).